Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Miss Lili's adventures

Mes contes (attention, ceux présentés ici ne sont pas destinés aux tout-petits, bien que certains soient adaptés), coups de coeur, découvertes, chroniques de sexytude (ce qui nous fait craquer, ce qui rend l'autre attirant). Bonne lecture !

Le Grand Roncier

Publié le 28 Novembre 2016 par misslilisadventures in Chroniques d'un chagrin d'amour

La grande horloge est détraquée dans la maison brouillard

Ya quelque chose de cassé quelque part.

Tout est lié imbriqué

le chemin de la maison est effacé

Des épines de souvenirs griffent le présent et font pleurer les rêves

Elles sont partout cachées

Petits morceaux du grand roncier.

 

Il reste le chemin

Je ne sais pas par où il passe

Mais mes pieds le connaissent

Les pieds savent où ils vont.

 

Ici le temps suit son cours

Quelqu'un l'a délivré

On ne le décompte plus

Une heure en suit une autre selon leur bon vouloir

L'homme se fie à la nature

Le soleil les étoiles et la lune

L'ombre portée dit le temps présent.

 

L'horloge est détraquée dans la maison brouillard

Ya quelque chose qui clock clock quelque part.

Le balancier a disparu

La femme a pris les aiguilles pour tricoter

Des pulls couleurs de temps.

 

La nuit éclaire le jour

Le passé au présent

Un bug dans l'espace temps.

La voilà qui tisse

De ses longues mains graciles

Avec des fils d'histoires

De grands mouchoirs livides

Pour moucher les chagrins

Ravauder les déchirures

Réparer cette étoffe

Dont sont faites les rêves.

 

Les mouchoirs de larmes détrempés

Floquent floquent

Dans la maison brouillard.

Le chemin suit son cours

De méandres en bifurcations

Et mes pieds dansent

Sautent d'un rocher à l'autre

S'arrêtent, boitent un temps,

Glissent dans la boue

Glissent sur la glace

Se plantent dans le sable

Qui s'écoule, lentement

Irrémédiablement, entre mes doigts serrés.

 

Sous les pavés la plage

La plage dans le brouillard...

 

J'entends murmurer les ombres

Je sens les fils de nuit de la tisseuse

La face sombre de la lune

Pleine d'histoires innommables

Indicibles

A la trame barbelée à faire pleurer les rêves

A faire pleurer la peur dans les chaumières

 

Ya des pas qui s'approchent

De la maison brouillard

J'entends comme un "toc toc"

Quelque part...

 

L'homme a traversé le grand roncier

Et touts ses beaux discours se sont accrochés aux épines

Lacérés, déchiquetés, écorchés

Il est arrivé le regard plein de larmes

Et les rêves en lambeaux

Plus de mots pour le dire

 

Les belles amoures se passent de mots

Leur silence est éloquent.

 

Commenter cet article