Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Miss Lili's adventures

Mes contes (attention, ceux présentés ici ne sont pas destinés aux tout-petits, bien que certains soient adaptés), coups de coeur, découvertes, chroniques de sexytude (ce qui nous fait craquer, ce qui rend l'autre attirant). Bonne lecture !

Chasse au trésor du samedi soir : pépites sonores à la Sum !

Publié le 22 Janvier 2012 par misslilisadventures in Concerts etc...

 

 

Suite de mes aventures de samedi soir : ze concert. 

Pour la chasse au trésor, cliquer ici

 

Chapitre 2 : Le concert que pitain que ça fait du bien d'y être !

 

Je croise Mr Jool' qui lui aussi vient d'arriver : « on t'avait vue dans la montée ! mais on n'a pas pu s'arrêter pour te prendre, la voiture était pleine ». Mmmmpf. M’en fiche. J’suis trop contente pour leur en vouloir. Et puis, j’avoue que je suis assez fière d’être arrivée là toute seule comme une grande ! ^^  

J’ai cramé les toxines. J’ai évacué les résidus de colère. J’ai eu un bon échauffement, à moi le concert ! Yahooooo !

 

Surprise : L’album des Zarbituric (dont la sortie prévue le 20 octobre a été reportée le 9 février prochain au Studio de l’Ermitage) est en vente en avant-première !

J’en chope un direct. Faut ce qu’il faut pour me remettre de mes émotions. C’était ça, le truc plat auquel je faisais allusion ci-avant.

 

http://www.zarbituric.com/wp-content/uploads/2012/01/fly_loab_recto_2012.jpg

 

Je rentre dans la salle. Un chti canapé me tend les bras, juste là. Je me pose. Un caméraman prend la pose au sol. Je tripe sur la musique. Je photographie. Pas trop les musiciens, en fait.

J’ai un sujet de photos qui me trotte dans la tête depuis quelques temps déjà : « la détente des corps », « quand le corps fait relâche ».  Et là, ça fait sens. Ce corps allongé, là, devant moi, en ombre chinoise… tantôt a cheval sur un rif, tantôt détendu, reposé, flottant sur les vagues…

J’aime bien les surcadrages, les mises en abîmes.

 

Zarbituric 2012-Jan-21 30

 

Je plonge.     

La musique m’enveloppe, me submerge.

Je ne sais pas quels sont les morceaux que j’ai entendus. Ca dépasse l’entendement. C’est une musique des sens. Je ne retiens pas les titres, juste les impressions. Et encore. Je les vis.

 

Zarbituric 2012-Jan-21 06

 

Un concert des Zarbituric, c’est une expérience sensorielle, comme… un trip. Mise en garde : ne pas se coller aux enceintes, ni à la batterie. 

Ca tombe bien, je ne le suis pas. La balance est bien faite, pas trop forte, juste comme il faut. Même assise à gauche, j’entends bien. En fait, je contre-balance en bouchant partiellement une de mes oreilles.

Ca fait du bien. Les circuits se reconnectent, quelque part, en dedans. J’aime. Ca résonne, ça bouge, ça fait du bien.

Leur musique me plonge dans un état entre veille et sommeil, un état modifié de conscience, un peu comme dans un rêve éveillé.

 

Zarbituric 2012-Jan-21 09

 

 

Zarbituric 2012-Jan-21 10

 

 

 

Il devient alors très risqué d’entreprendre avec moi une discussion d’ordre « terre à terre » genre : « le serveur veut encaisser les consommations » (au dernier concert à L’Entrepôt. J’ai failli dézinguer le pote qui avait commis le sacrilège de m’adresser la parole, et j’ai failli dézinguer le serveur, du même coup. De toute façon, il a dû attendre la fin du morceau. Faut pas déconner. C’est comme pour le groove de Kuzco. Pas touche, sinon, ben… A vos risques et périls.)

Très risqué aussi de tenter de me baratiner. J’ai beau être bavarde, parfois, il est des moments sacrés qui se passent de commentaires. Le seul baratin bienvenu reste celui du torrent.

Je comprends mieux pourquoi quelqu’un m’a dit hier avoir vu mon regard lancer des éclairs à un autre concert ! Sur le moment, je me suis dit que ça n’était pas possible : je kiffe à chaque fois ! Mais nan, pas que, effectivement : si on m’emmerde, je tue d’abord, je parle après. Après le concert, j’entends. Et encore...

 

Avant-dernière chanson.

Surprise de juste avant la fin : un morceau inédit (me demandez pas le titre !), pêchu. Ca réveille.

J’en redemande. Même pas besoin : ils avaient dit qu’ils feraient un morceau avec Jool'. Quelqu’un le leur rappelle. Le voilà justement qui revient, bondit sur scène, et là, ça se barre en live.

 

 Zarbituric 2012-Jan-21 37

 

Ils se marrent. Ils ont la patate douce. Pareil dans la salle. Bouquet final en explosions de rires. De la joie. LE KIFFE ! ( Tiens ! Je viens de piger le nom du précédent album ! arf. Je comprends vite, mais faut parfois m’expliquer longtemps…)

 

Zarbituric 2012-Jan-21 38

 

Pis après, comme c’était l’anniversaire de David Konopnicki : c'est parti pour un boeuf la moitié de la nuit ! On n'a pas tous les jours 30 ans ! 

Au prochain Sum case, vous savez ce qu’il vous reste à faire : vous chaussez vos pompes de sept lieues, et en route pour la joie !

 

 

Ah oui, les baleines :

1 ) C’est cool.

2 ) Patrick Van Eersel a écrit un superbe livre dans lequel il recense les recherches actuelles sur les cétacés, et leur force d’amour universel (je résume). Il a basé ses réflexions sur les recherches entreprises par Jim Nollman à Vancouver, qui joue de la guitare avec des orques. Le livre parle de la communication inter-espèces, et donne une furieuse envie de foncer vers le large, pour papoter joyeusement avec ces obsédés de dauphins, ou leurs gentilles et pacifiques cousines les baleines (dont il parait que l’haleine fleure bon le poisson pourri…).

 

 

3 ) Le rapport avec le concert : la même impression de « baigner dans un flux d’amour » qu’à l’approche d’une baleine. J’ai pas testé la baleine, les sensations décrites dans le livre (désolée, je le relis, mais j'ai pas encore retrouvé le passage), ça m’a fait penser aux concerts des Zarbituric. Tout pareil. La communication se fait sur d’autres plans.

4) La plage 9 du nouvel album s'appelle "Une baleine dans un verre d'eau". Ca s'invente pas...

 

Et l’album ?

Le premier album c’était bien, mais… il manquait un truc : le public.

Celui-ci il dépote. Ils ont pris un enregistrement live.

C’est ça, les Zarbituric : une alchimie entre les musiciens, leur musique, et le public.

Selon ce que le public leur envoie, selon l’humeur de chacun, le voyage musical prend une toute autre tournure. C’est interactif, mais ça se passe de mots. On n’est pas dans la tête, on est dans le cœur. C’est doux, c’est chaud, ça pulse.

Rien à dire de plus.

 

Au 9 février prochain donc, au Studio de l’Ermitage.

 

Pour ceux qui les ont déjà vus : aucun concert n’est pareil. Ca ne se compare pas. J’ai chaque fois l’impression de les entendre pour la première fois, et pourtant, il y a quelque chose de familier… Je me laisse bercer… emporter… réveiller les sens, en douceur…

 

PS : après écoute, et réécoutes :

Bon, ben, je confirme. L’album est vraiment cool.

Ca va devenir risqué de m’emmerder avec des conneries pour les jours à venir… 

 

 

Zarbituric 2012-Jan-21 27

Commenter cet article

Miss Lili 08/02/2012 15:05

Bon, ok, j'avoue, Cowboy fever, ça colle grave la patate aussi... mais quand même, je préfère en live ! :) (à l'écoute sur la radio du site des Zarbituric)