Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Miss Lili's adventures

Mes contes (attention, ceux présentés ici ne sont pas destinés aux tout-petits, bien que certains soient adaptés), coups de coeur, découvertes, chroniques de sexytude (ce qui nous fait craquer, ce qui rend l'autre attirant). Bonne lecture !

Etrange soirée...

Publié le 2 Mars 2012 par misslilisadventures in Sur mon chemin...

Une bien étrange soirée, toute en décalage... 

Comme j'étais pas trop en phase, je préfère ne pas nommer les groupes. Ca sert à rien. (à part pour le premier, que j'ai beaucoup aimé, malgré l'ambiance très étrange. Ya des musiciens, quand j'écoute leur musique, je pars loin. Une touche d'harmonie au milieu d'un univers dissonant. Surréaliste. Heureusement qu'il était là. Ca a apporté un peu de soleil...). 

 

Ca a commencé par mon retard au concert. Jusque là, rien d' "anormal". 

J'ai râté 10 minutes selon la dame de l'entrée. Certes. Mais quelles 10 minutes ! zut zut. C'est pas faute d'avoir couru pourtant. Peux encore mieux faire. 

Et puis j'arrive dans la salle, et là, tout les gens sont collés sur des banquettes le long des murs, et au milieu... 5 ou six personnes debout. Un côté vieille salle de bal fantômatique... Pourtant, sur scène, le chanteur chante, et bien ! (j'ferai une note exprès sur l'album, parce que là, dans le contexte de la soirée, il fait nuage bleu en pleine débacle...)

Je continue donc. 

Ensuite, second groupe.

Les gens se lèvent des banquettes comme des marionnettes, et viennent s'aglutiner devant la scène. Tous debouts, serrés les uns contre les autres, attirés par une force invisible... Un peu comme ces zombis dans les films. 

La masse de zombis forme comme un écran. Je n'arrive pas à passer au delà de ce filtre. Je n'accroche pas avec le groupe... Du coup, je dessine. 

Et je dessine. 

Et je dessine...

Après avoir finit mon troisième dessin, mon voisin de table me complimente. Il aime. Il trouve ça beau. 

Cool. 

Je dessine rarement en public. Généralement, je suis accompagnée... mais là, non. 

Il est éditeur au Bengladesh. Il est poète. Il me propose de faire les illustrations de son prochain livre. Il me demande de faire son portrait (pas mal, mais il est parti avec). Je fais très rarement des portraits. J'aime pas trop. Si je "rate", les gens sont vexés. Il est content. Re-cool. 

Il me propose d'éditer mes contes en bengali. Re-re-cool (affaire à suivre...).

Troisième groupe plus sympatique, public plus vivant. Petit pogo collé à la scène. 

L'ambiance me rappelle le Maximonstermusicshow. La soirée dans son ensemble en fait.

Ca vient peut-être de l'âme de la salle... je ne sais pas. 

Le concert fini, je rentre. 

Quai du métro. 

Le temps du métro clignotte. Deux personnes assises sur des sièges. Un homme et une femme ; entre deux âges. Fatigués. Elle m'interpelle et me demande si j'ai une pièce ou un ticket resto. Elle m'appelle d'un nom affectueux. Elle me dit qu'elle m'aime. Elle a beau être dans la mouise, elle aime. C'est beau. C'est touchant. Je lui souris. 

Elle me demande s'ils peuvent dormir chez moi ce soir. Je réponds que c'est tout petit chez moi. C'est vrai, ya juste de la place pour moi. 

L'homme se lève et vient me demander de recharger son portable. Il n'a pas de lunettes, et n'arrive pas à déchiffrer les numéros sur la carte. Je recharge le portable. 

Il est heureux. Il m'appelle sa cousine. Il m'embrasse sur la tête, comme un père aurait fait à sa fille. Il me dit de faire attention à moi quand je monte dans le métro. 

 

Dans le métro, les gens sont zombis. Tout pareil qu'au concert. Certains dorment, les autres... 

Les autres sont comme hypnotisés, l'esprit ailleurs. 

Un seul homme est éveillé. Debout devant moi, le regard fiévreux, il regarde un mec assis derrière moi avec un sourire... carnassier? Jubilatoire? Entre les deux. Je change de wagon et je remonte tranquillement la rame. 

Il suit, quelque part. Il avait un posca dans la main. Le sac bleu encre, et les mains... les mains bleues également. Et deux yeux comme des billes lumineuses. Une capuche sur la tête... On dirait un personnage de BD. 

On arrive en station. Je sors. 

Je saute dans un bus de nuit. 

Les gens sont complètement barrés aux arrêts. Ils semblent errer sans but, portés par le hasard. On ramasse quelques naufragés, on charge un groupe qui s'échouera un peu plus loin, courte escale dans un bus les rapprochant un peu plus de leur but.... But ? Une sorte d'espérance à laquelle s'accrocher pour ne pas sombrer en route. Avec un peu de chance, le petit matin les délivrera avant, parce qu'une fois arrivés... que feront-ils ? 

Un temps de déchéance ? Je ne sais pas. 

Une bien étrange soirée... 

 

Commenter cet article

Christian lemenuisiart 02/03/2012 05:54

Une bonne musique pour le concert
A bientôt