Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Miss Lili's adventures

Mes contes (attention, ceux présentés ici ne sont pas destinés aux tout-petits, bien que certains soient adaptés), coups de coeur, découvertes, chroniques de sexytude (ce qui nous fait craquer, ce qui rend l'autre attirant). Bonne lecture !

Super nanas de cinéma : "Maman est folle" et Sylvie

Publié le 18 Janvier 2012 par misslilisadventures in Leçons de vie filmiques

 

 

Maman est folle

(France / 2007 / 1h35)

de Jean-Pierre Améris

Avec Isabelle Carré, Marc Citti, Nazmi Kirik, Christine Murillo, Zacharie Chasseriaud, Elisa Heusch, Christian Bouillette, Philippe Duquesne.

 

Ce très beau film aurait mérité un passage sur Grand écran, et plusieurs César... Mais je ne suis pas certaine qu'il aurait pénétré aussi profondément le coeur des gens. 

La télévision permet aux histoires de s'inviter dans les chaumières... et de toucher des personnes qui n'auraient pas forcément eu la possibilité de se déplacer dans une salle obscure. 

Pour ce film, c'est une chance. Il avait créé l'événement. 

L'histoire est portée par la grâce. 

Sylvie, jeune mère au foyer, fait la connaissance d'un réfugié clandestin alors qu'elle a une roue crevée sur le bord d'une route. Jallal vient à son secours. Il l'aide. Elle le voit. Elle voit l'homme sympathique, amical, gentil, en lui.  Il n'y a pas de mal à se lier d'amitié avec quelqu'un. Elle ne se pose pas de question. Aimer ne peut tout de même pas être un crime ! Si ?

 

L'histoire m'avait d'autant plus troublée que j'étais (et je suis toujours) très concernée par les question de réfugiés, de camps... 

Une partie de ma famille s'est réfugiée en France à la fin de la Guerre Civile espagnole. A l'époque, le gouvernement de Mr Blum (Front populaire) submergé par l'afflu de réfugiés (s'ils les avaient soutenus avant... je ne serais pas ici pour en parler, ok), avait fait construire à la hate des "camps" le long des routes de passage (le plus tristement célèbre restant le camps d'Argelès-sur-mer). En fait de camps, c'était des bouts de plages entourés de barbelés. Sans rien pour se chauffer. Sans rien à boire. Sans rien à manger. Sans rien pour se protéger de la morsure du froid. Il gelait à pierre fendre. Au pied des Pyrénées, il neige, aussi... Un cauchemar. Des mouroirs. Et personne pour venir ramasser les morts... Rien pour creuser le sable durcit par le gel. 

Le bétail des fermes alentours avaient droit à plus d'égards. 

Je pensais cette époque révolue. 

On refuse toujours de comparer ce qu'on pense incomparable. 

Mais l'histoire bégaie. 

Il n'y pas d' "évolution". Juste de l'amnésie. 

On en prend d'autres, et on recommence. 

Et plutôt que de se demander quoi faire pour éviter que des hommes aient besoin de fuir leurs pays pour rester en vie, comment les aider avant, on continue à fermer les yeux, et à faire comme si ça n'existait pas. 

 

Je suis triste d'écrire cette note. J'ai l'impression de pisser dans un violon. J'ai l'impression que ça ne servira à rien. Comment quelques petits mots balancés sur une page de blog, un matin d'hiver, pourraient faire changer une situation aussi attroce que celle des réfugiés politiques, économiques, écologiques... 

Comment ? 

"De l'influence du battement des ailes d'un papillon sur la formation des tempêtes".

Une chose est sûre : ce n'est pas en m'empêchant de l'écrire, par découragement, que ça servira à quelque chose. 

 

A sa sortie en DVD, le film était très cher, mais maintenant, il est très abordable. 

Si vous avez des cadeaux à faire : foncez ! Il est vraiment magistralement interprété. Et puis, il est plein d'amour, plein de vie. Ok, c'est un sujet profond. Mais n'ayez pas peur de l'émotion : elle porte un souffle d'humanité que je n'avais pas rencontré dans un film depuis bien longtemps. 

En plus intensément, ce film m'a autant touchée que Out of Africa, Vol au dessus d'un nid de coucou, Beauté volée, Hair, ou Beignets de tomates vertes

Pour une fois que le "cinéma" français produit un film aussi riche en émotions : ce serait dommage de ne pas en profiter !

Commenter cet article